La nécessité d’une réforme des lois pour sauver les petits commerces

La dégustation d’une bière dans un bar local ou d’un verre de vin dans votre restaurant préféré pourrait bien appartenir au passé si les lois ne sont pas modifiées rapidement. Jusqu’en 2019, il n’y avait aucune obligation légale pour les bars d’avoir une assurance, mais lorsqu’une loi a été adoptée exigeant que tous les bars et restaurants servant de l’alcool doivent souscrire une police d’assurance responsabilité civile d’un million de dollars, les choses sont devenues de plus en plus difficiles.

La loi stipule que tout accident ou blessure lié à l’établissement peut les rendre responsables à 100 %, ce qui rend les compagnies d’assurance mal à l’aise de les couvrir. Les primes d’assurance ont doublé depuis l’ouverture du Palmetto Brothers Dispensary : Craft Beer and Wine Bar, et cette année, elles ont doublé à nouveau. Le propriétaire, Wes Meetze, affirme qu’il devra retourner à sa licence dans le domaine juridique s’il veut pouvoir continuer à rester ouvert, car il ne peut plus se permettre de se payer lui-même et de payer les primes d’assurance.

La situation est bien plus grave qu’elle n’en a l’air, et elle impacte directement des personnes comme Meetze ainsi que d’autres bars et salles de dégustation locales. Les grosses chaînes pourront peut-être se permettre de payer ces primes, mais cela affecte grandement les petits établissements. Les conséquences se répercutent également sur l’économie locale, car la fermeture des restaurants et brasseries entraîne une baisse de la clientèle, ce qui affecte tous les types de commerces.

Actuellement, trois projets de loi sont en attente auprès du Parlement de Caroline du Sud et selon Meetze, deux choses doivent se produire. La première est la réglementation des compagnies d’assurance responsabilité civile commerciale afin de maintenir des prix raisonnables, tout comme cela est fait pour les compagnies d’assurance automobile. La deuxième est l’adoption de la négligence contributive, ce qui signifie que la responsabilité de chacun est proportionnelle à sa faute.

Les défenseurs de cette cause recommandent de contacter les législateurs locaux et de demander une réforme avant la fin de la session le 9 mai. Sans changement, il faudra attendre encore une année avant que le Parlement ne réexamine la question.

FAQ:

1. Quelle est la nouvelle obligation légale imposée aux bars et restaurants ?
– Depuis 2019, tous les bars et restaurants servant de l’alcool doivent souscrire une police d’assurance responsabilité civile d’un million de dollars.

2. Quelles sont les conséquences pour les établissements concernés ?
– Les primes d’assurance ont doublé depuis l’entrée en vigueur de cette loi, ce qui met en difficulté financière de nombreux bars et restaurants locaux.

3. Qui est affecté par cette situation ?
– La situation affecte directement les propriétaires de petits établissements tels que Wes Meetze, ainsi que d’autres bars et salles de dégustation locales. Elle a également un impact sur l’économie locale, en entraînant une baisse de la clientèle et en affectant tous les types de commerces.

4. Quelles sont les solutions proposées ?
– Il y a trois projets de loi en attente auprès du Parlement de Caroline du Sud. Les acteurs de cette situation recommandent de contacter les législateurs locaux et de demander une réforme avant la fin de la session le 9 mai. Les mesures proposées incluent la réglementation des compagnies d’assurance responsabilité civile commerciale pour maintenir des prix raisonnables, ainsi que l’adoption de la négligence contributive, ce qui signifierait que la responsabilité de chacun est proportionnelle à sa faute.

Definitions:
– Assurance responsabilité civile : une forme d’assurance qui protège les assurés contre les responsabilités financières résultant de dommages corporels ou matériels infligés à autrui.
– Primes d’assurance : les montants réguliers payés par les assurés à leur compagnie d’assurance pour maintenir leur couverture.

Related Links:
Parliament de Caroline du Sud
Compagnies d’assurance automobile